Poses de perfusions : les différentes techniques

La perfusion sert à administrer un médicament par voie intraveineuse la plupart du temps. C'est le cas pour la pose de perfusion en intraveineuse périphérique, en PAC (boitier implanté sur une veine pour faciliter la ponction), en KTC. Mais on administre aussi des traitements (beaucoup moins nombreux) par perfusion sous-cutanée, dans le cas de déshydratation.

Comment poser une perfusion ?

Avant tout, il s'agit de savoir quel procédé sera le plus efficace et le moins risqué pour le patient. Chez les patients sous chimiothérapie, le capital veineux s'épuise et il faut donc le préserver en évitant de piquer trop souvent dans les veines. On groupe donc les soins (prise de sang, transfusion, administration de traitement intraveineux) afin de piquer le moins de fois possible.

Il n'est pas rare qu'un boitier soit posé au bloc opératoire, logé sous la peau en sous-claviculaire avec un cathéter inséré dans la veine. L'infirmier pique dans le boitier et non dans la veine, la perfusion s'écoule ensuite directement dans la veine. La perfusion sous-cutanée chez les personnes âgées est fréquemment utilisée pour traiter une déshydratation sans avoir à piquer dans des veines fragiles, qui risquent de ne pas supporter la perfusion IV.

L'infirmier n'est pas le décisionnaire du procédé, puisqu'il s'agit d'une prescription médicale mais, en informant le médecin et l'équipe d'un capital veineux trop faible, il peut permettre au médecin de faire une prescription adaptée.




Perfusion intraveineuse : technique de pose

Gestes, règles d'asepsie, organisation du soin, thérapeutique

Perfusion sous-cutanée : technique de pose

Gestes, règles d'asepsie, organisation du soin, thérapeutique

Perfusion IV via un PAC : technique de pose

Gestes, règles d'asepsie, organisation du soin, thérapeutique

Perfusion IV via un KTC : technique de pose

Gestes, règles d'asepsie, organisation du soin, thérapeutique